La vitesse du déclin américain et ses artisans

Aujourd’hui, chers lectrices et lecteurs, nous allons aborder un sujet très délicat dans la mesure où certaines notions devront faire appel à notre foi en Dieu, dans Ses Saintes Ecritures, Ses prophéties et d’autres prévisions sur les Etats Unis d’Amérique. Les grands docteurs et experts dans l’interprétation des prophéties bibliques, attribuent la chute de Babylone au pays de rêve et d’espoir pour de nombreuses personnes qui veulent vivre leur rêve américain, ce coin de terre de grand espace, d’opportunité, de rêve, un pays ou semble couler le lait et le miel. Ces prophéties trouvées pour la plupart dans le livre de l’Apocalypse, ont été écrites par l’apôtre Jean, après bien sûr, la mort de Jésus Christ.
« Après cela, je vis descendre du ciel un autre ange, qui avait une grande autorité ; et la terre fut éclairée de sa gloire.
Il cria d’une voix forte, disant : Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande ! Elle est devenue une habitation de démons, un repaire de tout esprit impur, un repaire de tout oiseau impur et odieux, parce que toutes les nations ont bu du vin de la fureur de son impudicité, et que les rois de la terre se sont livrés avec elle à l’impudicité, et que les marchands de la terre se sont enrichis par la puissance de son luxe. »
Babylone, convient-il de noter, est une ancienne ville de Mésopotamie située sur l’Euphrate, ce qui est aujourd’hui l’Irak. Devenue la capitale d’un grand empire, elle avait connu son apogée au 5ème siècle avant Jésus Christ. Considérant qu’une prophétie est une prédiction, une prévision ou encore une annonce d’événements futurs par une personne sous l’inspiration divine et que l’opulence de Babylone n’allait pas au de-là des années 400 avant Jésus Christ, ces grandeur et splendeur dont il est question dans l’Apocalypse, peut-on dire, ne sauraient être question de cette ville antique.
De quelle autre ville ou de quel autre pays pourrait-il s’agir alors ?
Depuis l’ère chrétienne, qu’il s’agisse de Rome, de la France, de l’Espagne, de l’Angleterre ou de l’Allemagne, nul empire, royaume ou pays n’a répondu aux descriptions faites dans l’Apocalypse 18. Il n’y a une seule nation qui ait cet éclat extraordinaire sur cette planète, ce sont les Etats-Unis d’Amérique.
La vitesse vertigineuse du déclin
Tout en voulant garder notre croyance personnelle pour nous-même, nous n’allons pas nous prononcer sur les prophéties. Au contraire, nous vous laisserons le soin d’y réfléchir et de tirer votre propre conclusion. Cependant, nous parlerons plutôt des constatations que nous avons faites et faisons encore sur le déclin de ce pays d’accueil qui semble arriver comme un cheveu dans la soupe.
Dans le texte intitulé UN JOUR SANS L’AMERIQUE que nous avions publié dans les Amis du Savoir et des Connaissances le 30 août 2015, nous avions cité une déclaration célèbre du président Ronald Reagan que nous avons le plaisir de reprendre aujourd’hui : « It is up to us in our time, to choose, and choose wisely, between the hard but necessary task of preserving peace and freedom, and the temptation to ignore our duty and blindly hope for the best while the enemies of freedom grow stronger day by day. » « Au moment où nous vivons, C’est à nous de choisir, et de choisir avec sagesse, entre la tâche difficile mais nécessaire de préserver la paix et la liberté, et la tentation d’ignorer notre devoir et d’espérer aveuglément le meilleur tandis que les ennemis de la liberté se renforcent de jour en jour. »
La nature et le vide
Les Etats Unis, ayant à leur tête quelqu’un qui ne sait absolument rien en politique et, qui plus est, n’entend les conseils de personne, sont à un carrefour plus dangereux que jamais dans toute leur histoire. La nature, dit-on, a horreur du vide. Ce que nous constatons depuis l’accession de Donald J. Trump au pouvoir, les Etats Unis abandonnent leur rôle de leader dans le monde. Entre autres l’Accord de Paris visant à réduire le CO2 qui serait la principale cause du réchauffement de notre planète, lequel Accord supporté par même la Chine, les Américains ont décidé de se retirer de l’UNESCO, un programme éducationnel dont presque tous les pays du monde font partie. Tous les traités et engagements signés par les Etats Unis et la communauté internationale, Trump et son équipe veulent se dissocier. La dernière couillonnade de l’administration américaine, c’est le refus de certifier l’Accord sur le nucléaire iranien. Ce que les Américains doivent comprendre, c’est que des pays adversaires comme la Chine sont prêts à combler le vide créé par les Etats Unis.
Les Etats Unis, l’ennemi de tous
Dans son discours inaugural, Donald Trump avait mis l’emphase sur les intérêts du pays en disant Les Etats Unis d’abord. Convient-il de signaler qu’il n’y a rien de mal de prioriser les avantages de la nation. Ce que nous sommes en train d’observer n’est rien que l’isolationnisme. Il est des pays musulmans et d’autres comme la Russie, la Chine, l’Iran, la Corée du nord, la Syrie pour ne citer que ceux-là qui resteront des ennemis sempiternels et acharnés des Etats Unis. Quand vous cherchez à vous isoler de vos alliés comme la France, l’Allemagne etc…, vous creusez votre propre trou et prônez votre propre destruction.
Qui ne dit mot consent
Il n’y a pas de doute que le président des Etats Unis est, ou bien un menteur, ou bien un dérangé mental ou encore les deux, appelant ce qui est faux vrai et ce qui est vrai faux. Il est aussi un fait que son langage et ses tweets inflammatoires peuvent entrainer une guerre nucléaire avec d’autres nations détentrices des armes à destruction massive. Savez-vous que la Corée du nord a essayé une bombe H ayant dégagé une puissance estimée à 160 kilotonnes, soit plus de dix fois celle de la bombe américaine lancée sur Hiroshima en 1945 ? Savez-vous qu’une explosion à haute altitude d’une arme nucléaire nord-coréenne pourrait créer une impulsion électromagnétique (EMP) détruisant l’approvisionnement en électricité, décimant les aliments par les radiations des États-Unis et tuant 90% de la population dans l’espace d’une année ?
Inestimables lectrices et lecteurs, nous n’avons point besoin de vous apprendre que nous ne sommes pas un fan de Donald Trump, si vous nous lisez régulièrement. D’ailleurs, depuis l’introduction de sa campagne électorale, nous nous sommes inscrit en faux contre lui, ayant bien compris sa démagogie et son ignorance. Cependant, il est important de vous faire remarquer, qu’il n’est pas le seul artisan du déclin des Etats Unis. A côté de la division au niveau des partis républicain et démocrate qui ronge le pays, il y a aussi les politiciens appartenant à la même classe politique que le locataire de la Maison Blanche qui, pour une raison ou pour une autre, ont peur de critiquer les aberrations du « président ».
Dans le pays, il y a ce que la Constitution appelle « checks and balances » ou, en français, l’équilibre des pouvoirs. Tandis que le Pouvoir judiciaire est autonome, le pouvoir législatif c’est-à-dire le sénat et la chambre des représentants ont pour obligation de contrôler le pouvoir exécutif. Alors, le parti majoritaire dans le pays, au même titre que le président, est responsable du déclin et du désarroi de la nation.
Rulio Oscar

Partager