Régulation du train de vie de l’état: Des parlementaires appellent à un consensus

imageDes parlementaires déplorent le caractère unilatéral des mesures prises par le gouvernement en vue de réguler le train de vie de l’Etat. Reconnaissant toutefois que l’austérité doit être appliquée au sein de l’administration publique, certains parlementaires croient que le pouvoir législatif et le pouvoir judiciaire avaient aussi leur mot à dire.

En effet, le sénateur de l’Ouest et l’élu de Mirebalais saluent les mesures gouvernementales prises par arrêté visant la gestion rationnelle des fonds publics.

Néanmoins, ils mettent un bémol quand ils dénoncent, la manière unilatérale de cette décision gouvernementale qui frise, selon eux, l’autoritarisme.

Pour le sénateur Jean Rennel Sénatus, cette régulation annoncée du train de vie de l’Etat devait faire l’objet d’un consensus entre les trois pouvoirs.

‘’Si cet arrêté présidentiel avait été le fruit de discussions entre les trois pouvoirs de l’Etat, il aurait permis par exemple de freiner certaines pratiques. Il n’est pas normal qu’un sénateur puisse avoir à sa disposition trois voitures’’,  déclare le sénateur Jean Rennel Sénatus.

Pour Abel Descollines, ancien supporteur de Jovenel Moise qui a signé son opposition à son pouvoir depuis sa défaite aux sénatoriales, ces mesures d’austérité s’apparentent à de la poudre aux yeux. 

L’élu de Mirebalais souligne, par exemple, que la géolocalisation annoncée des véhicules immatriculés Service de l’Etat, sera techniquement couteuse.

De plus, Abel Descollines estime que cette décision ne fait aucune distinction entre les Cadres de l’Etat et les différents privilèges associés à leurs rangs.

Notons que l’arrêté présidentiel en date du 3 avril prévoit un strict contrôle de dépenses de l’Etat en commençant par une bonne gestion des parcs automobiles, la réduction des frais de carburants et des cartes téléphoniques entre autres. 

GEORGE ALLEN – HPN

Partager