Education/Formation: Pour une meilleure organisation de l’évaluation en 4e année fondamentale

imageLa date du 16 mai 2017 est retenue pour l’organisation de la troisième expérience consécutive de l’évaluation nationale des acquis scolaires au niveau de la 4e année fondamentale qui prend uniquement en compte cette année les écoles nationales. Parallèlement, une première année d’expérience d’évaluation en 7e année fondamentale est aussi prévue avec un échantillon de 80 établissements scolaires. Pour aboutir sans bavures ni cassures à cette échéance, les préparatifs mis en branle à cette fin par le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) vont bon train à travers les dix directions départementales d’éducation du pays, constate Haiti Press Network.

Après l’organisation d’une série de rencontres de sensibilisation des directeurs d’école nationale et d’autres cadres impliqués dans le secteur éducatif des dix départements du pays autour de l’évaluation des acquis scolaires en 4e année fondamentale, la phase de formation de formateurs organisée à l’intention des administrateurs et superviseurs de ladite évaluation qui avait débutée dans la région du Nord depuis la semaine écoulée, se poursuit dans la région du Sud, du 16 au 19 avril, avant de mettre le cap sur le Plateau central pour la région de l’Ouest, du Centre et de l’Artibonite en vue de dupliquer cette formation.

En effet, une équipe du MENFP, soutenue par l’Unité d’appui à l’évaluation des apprentissages, conduite par M. Jean Wilnor Pierre, le chargé du dossier, s’est rendue dans le Sud (Cayes), notamment dans la localité Laborde, en vue d’organiser ce séminaire de formation de formateurs qui réunit des points focaux, des inspecteurs, des techniciens du Service d’appui pédagogique (SAP) et des conseillers pédagogiques venus du Sud, du Sud-Est, des Nippes et de la Grand-Anse. 

Il s’agit d’anticiper les éventuels inconvénients durant le jour de l’évaluation où des superviseurs et administrateurs avisés seront déployés à travers le pays. Les participants qui se regroupent en ateliers pour travailler, ont pour devoir de bien maitriser le manuel d’administration de tests qu’ils doivent d’ailleurs minutieusement revoir au terme du séminaire.

Le manuel d’administration de tests est ce document qui précise, entre autres, le rôle du superviseur, les règles pour un meilleur contrôle de l’exercice, la description des livrets de tests, le formulaire de suivi des élèves et la présentation du déroulement chronologique de l’évaluation, selon ce qu’indique Mme Antonia Phanord Jean-Baptiste, membre de l’équipe de l’évaluation nationale et responsable logistique dans le cadre de ces déplacements. 

A l’ouverture de cette séance de formation, Jean Wilnor Pierre qui porte le dossier au niveau de la Direction générale du MENFP a, après avoir fait une mise en contexte, attiré l’attention sur l’importance d’une telle entreprise pédagogique, tout en encourageant les participants à faire un bon usage des notions apprises aux fins d’une bonne transmission à d’autres formateurs.

Pour sa part, le directeur départemental d’éducation du Sud, M. Dorval Jean Milord qui a pris la parole au nom du directeur général et procédé à l’ouverture officielle de la séance de formation a, lui aussi, mis l’accent sur l’importance de cette démarche prise à partir d’une série de décisions du MENFP, à travers les 12 mesures de l’ex-ministre Nesmy Manigat, éliminant ainsi l’examen de la 6e année fondamentale comme étant officiel.

Le directeur départemental dit croire que cette évaluation est plus importante que les examens officiels dans la mesure où elle permettra au ministère de voir à quel degré les objectifs du premier cycle fondamental passent dans les salles de classe, aux fins de prendre les décisions nécessaires en vue de l’amélioration du système.

« Cette évaluation au niveau de la 4e année fondamentale a une très grande importance pour le système. Je dirais même qu’elle est plus importante que les examens officiels », lâche M. Dorval Jean Milord, avant de souhaiter la bienvenue et la bonne duplication des notions aux 38 participants et participantes à cette formation, déroulée sans anicroches entre animateurs et séminaristes, à l’auditorium des locaux du Développement communautaire chrétien haïtien (DCCH).

A noter que cette démarche d’évaluation des acquis qui s’inscrit dans la perspective de la qualité de l’éducation dans le pays, est techniquement supportée par deux firmes d’experts en évaluation et administration de tests. Il s’agit de l’Association internationale pour l’évaluation du rendement scolaire (IEA) et de l’Institut haïtien de formation en Sciences de l’éducation (Ihfosed), dirigé par le chevronné spécialiste haïtien en éducation, M. Roller Saint-Pierre.  

Alix Laroche hpn
Partager