Deux jours de travail pour renforcer les capacités des enseignants

image Renforcer les capacités des enseignants pour le dialogue social et les politiques de l’éducation, tel est l’objectif fondamental d’un atelier de travail de deux jours qui se tient à Kinam hôtel (Pétion-Ville), du jeudi 23 au vendredi 24 mars 2017, à l’initiative du ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP), appuyé par l’UNESCO, constate Haiti Press Network.

Trois grands points sont à débattre en plénière à cet atelier de travail qui réunit des directeurs techniques du ministère, des directeurs départementaux d’éducation, des membres de syndicats d’enseignants et d’autres représentants d’organismes impliqués dans le secteur éducatif.

Il s’agit : 1) d’identifier des besoins de formation auxquels il faut répondre pour renforcer la participation des enseignants aux processus relatifs au dialogue social et aux politiques de l’éducation ; 2) de faire un inventaire de l’offre existante en matière de formation au dialogue social et aux politiques de l’éducation ; 3) de travailler vers un cadre national pour la formation et le soutien nécessaires au renforcement de la participation des enseignants au dialogue social et aux politiques de l’éducation.

Le directeur général du MENFP, M. Louis Mary Cador qui a, officiellement ouvert les travaux, en profite pour attirer l’attention des participants sur l’importance de cet atelier, dont l’UNESCO  a la responsabilité de conduire dans une dizaine de pays dans le monde. Une démarche, soutient-il, qui ne vise que l’amélioration de la qualité de l’Éducation et la refondation du système.

Pour le numéro 2 du MENFP, l’enseignant reste et demeure le pivot essentiel du dispositif de formation et d’éducation. D’où la nécessite d’accorder une attention soutenue à cet acteur, un maillon indispensable et incontournable dans la chaine éducative.

« Les conditions d’exercice de ce métier doivent constituer une préoccupation de tous les instants pour les gestionnaires de l’éducation et doivent être prises en compte dans les politiques publiques », déclare Louis Mary Cador, avant de saluer l’importante contribution de l’UNESCO qui a facilité la tenue de l’atelier.

Se disant compter sur une participation dans un esprit ouvert, il souhaite que les travaux de deux jours marquent un nouveau départ dans l’indispensable dialogue avec les enseignants et les organisations qui les représentent.

Prenant la parole de côté, le représentant  de l’UNESCO en Haïti, l’ambassadeur Paul Gomis a également souligné l’importance de cette initiative qui, d’après lui, n’envisage qu’une éducation de qualité pour les futures générations d’Haïti.

« Il y a une relation très forte de part et d’autre pour une refondation solide et durable du système éducatif haïtien », fait-il remarquer, soutenant en passant qu’on ne peut y arriver sans un dialogue social franc, sûr et qui inspire confiance réciproque.

Texte : Alix Laroche HPN

alix.l@hpnhaiti.com

Photo : Sadrac Théodore

Partager